Description du projet Marquenterre.

(actualisé le )

Les 6ème4 et 6ème6 sensibilisés à la préservation de notre patrimoine.

Dans le cadre d’un travail en interdisciplinarité sur le niveau 6e, Madame Cordelier-Le Roch (Arts Plastiques), Mesdames Poquet et Rodrigues (Sciences et Vie de la Terre) ainsi que Monsieur Sublime (Géographie) organisent une sortie pédagogique d’une journée en Baie de Somme.

Celle-ci concerne les classes de 6ème4 et 6ème6 du collège Jean Vilar, et se déroulera le Vendredi 16 Mai 2008.

L’un des objectifs à longs termes de l’enseignement du collège tel qu’il est défini dans le BO de Février 2003 Enseigner au Collège, programmes et accompagnements, est la formation de citoyens. Dans le contexte actuel, il nous a paru particulièrement important de former et sensibiliser les élèves au respect, à la protection et à l’observation de la nature et de l’environnement, non seulement à travers la protection de la vie maritime et de la biodiversité, mais également de leur faire prendre conscience de l’existence de cadres géographiques, d’acteurs et de moyens de préservation de l’environnement.

Le projet « baie de Somme » jette des passerelles entre les matières : SVT, Géographie, Education Civique (souvent négligée en collège) se font écho, de manière à former des individus autonomes et responsables capables de choix environnementaux et de sélection / applications de leurs connaissances. Les Arts Plastiques permettent d’adjoindre au projet une approche encore différente, avec une restitution concrète, visuelle, en graphisme et en volume. Les élèves sont ainsi placés au centre de leur savoir, avec une forte autonomisation par rapport à un savoir reçu en classe et aux différentes méthodes de construction des savoirs au collège et hors de l’établissement.

Les mers et littoraux sont aujourd’hui appréhendés par les élèves uniquement dans une visée ludique consommatrice et prédatrice d’espace et de biodiversité : la plage, les activités nautiques et touristiques. Or il s’agit d’espaces fragiles et instables, modifiés en permanence par la nature et les activités humaines. Nous profiterons de ce projet pour modifier la représentation des élèves sur l’espace maritime en leur faisant intégrer la notion de protection environnementale à travers le fonctionnement concret d’un parc naturel (SVT) mais aussi sa genèse (Géographie) et les antagonismes économiques comme les conflits d’usages qu’il génère (Education Civique) notamment révélateurs des relations que nos sociétés modernes entretiennent avec la nature. Les élèves entrent ici de plain pied dans les politiques visant à assurer le développement littoral, et la gestion intégrée de l’environnement. L’emboîtement des échelles d’acteurs, internationale (programmes internationaux comme Agenda 21 de la Conférence de Rio) continentale (Natura 2000 de l’Union Europénne) et nationale (loi littorale de 1986, Conservatoire du Littoral en France) est aussi une manière de donner un visage et montrer aux élèves - et à leurs parents - une action concrète d’organismes qui pour eux, ont souvent une existence floue et une utilité des plus limitées. C’est cela aussi en faire des citoyens responsables.